André Gaborit - chanteur poète

Menu navigation principale

Le printemps et l'automne Le printemps et l’automne  

...Or, la sagesse me conseille de par­ta­ger ainsi mes jours : au prin­temps, adieu la bou­teille ! En automne, adieu les amours !


A propos de Pierre-Jean de BERANGER A propos de Pierre-Jean de BERANGER

Pierre-Jean de Béranger, chan­son­nier du XIXième siècle, consi­déré comme le père de la chan­son moderne, en a exploré tous les styles : de la chan­son à boire à la satire, de la romance à la chan­son sociale, sans oublier la chan­son poli­ti­que.

 
 
Deux sai­sons règlent toutes choses,
Pour qui sait vivre en s’amu­sant :
Au prin­temps nous devons les roses,
A l’automne un jus bien­fai­sant.
Les jours crois­sent, le cœur s’éveille ;
On fait le vin quand ils sont courts.
Au prin­temps, adieu la bou­teille !
En automne, adieu les amours !
 
Mieux il vau­drait unir, sans doute,
Ces deux pen­chants faits pour char­mer ;
Mais pour ma santé je redoute
De trop boire et de trop aimer.
Or, la sagesse me conseille
De par­ta­ger ainsi mes jours :
Au prin­temps, adieu la bou­teille !
En automne, adieu les amours !
 
Au mois de mai j’ai vu Rosette,
Et mon cœur a subi ses lois.
Que de capri­ces la coquette
M’a fait essuyer en six mois !
Pour lui rendre enfin la pareille,
J’appelle octo­bre à mon secours.
Au prin­temps, adieu la bou­teille !
En automne, adieu les amours !
 
Je prends, quitte, et reprends Adèle,
Sans façon comme sans regret.
Au revoir, un jour me dit-elle.
Elle revint long­temps après ;
J’étais à chan­ter sous la treille :
Ah ! Dis-je, l’année a son cours.
Au prin­temps, adieu la bou­teille !
En automne, adieu les amours !
 
Mais il est une enchan­te­resse
Qui change à son gré mes plai­sirs.
Du vin elle excite l’ivresse
Et maîtrise jusqu’aux désirs.
Pour elle ce n’est pas mer­veille
De trou­bler l’ordre de mes jours,
Au prin­temps, avec la bou­teille,
En automne, avec les amours.
 
Pierre-Jean de BERANGER